Accueil, Soutien, Solidarité, Ecoute et Orientation

 English version here 

Le programme ASSEO : histoire de sa conception

Le programme ASSEO a été pensé et conçu par la Fédération Nationale des Anciens des Missions Extérieures (Fname-Opex) et d’un point de vu plus large, il est aussi porté à l’international par l’Association Internationale des Soldats de la Paix.

Qu’est-ce que le programme ASSEO ?

Il consiste à accueillir des blessés physiques et psychiques en leur offrant différents soutiens, toujours dans un esprit de solidarité. Le mot clé reste l’écoute : grâce à une écoute adaptée, ASSEO facilite l’orientation du blessé vers des parcours médicaux et professionnel. Pour aider à la guérison et la reconversion de ces anciens militaires souffrant de stress post-traumatique, le programme ASSEO se positionne en intermédiaire entre le monde civil et militaire, ainsi qu’avec l’ensemble des acteurs d’accompagnement du stress post-traumatique.

Quels acteurs interviennent dans le programme ASSEO ? 

  • Les blessés et leur famille
  • Les combattants du Maintien de la Paix (peacekeepers)
  • Les institutions, les associations, les acteurs de soin

Au départ, un constat :

La Fname-Opex a réalisé en 32 ans d’actions le manque cruel de lien existant entre ces différents acteurs et les entraves que ce manque causait pour les avancées de la recherche et les accompagnements, notamment l’incompréhension face à l’administration et la solitude que cela engendre.   

Les objectifs :

Faire le lien entre tous ces acteurs en se positionnant comme intermédiaire, en soutenant les blessés dans leurs difficultés, en les accompagnant dans leur remobilisation dans la vie civile et en les faisant travailler de manière transdisciplinaire. 

 Les valeurs fondatrices portées par chacune des lettres du programme ASSEO :

  •  le A pour Accueil: accueillir l’autre sans barrière et sans hiérarchie, dans sa dimension à la fois globale et singulière permet de créer un lien de confiance et ainsi mieux appréhender ses souffrances. Avec ou sans rendez-vous, le blessé psychique de guerre peut être accueilli à la Fname/Aisp par des « frères d’arme », ce qui lui garanti un soutien dans un esprit de solidarité indéniable.
  • Le S pour Soutien: un soutien pluriel est apporté au blessé psychique de guerre dans le cadre de ce programme. Cela peut passer par une aide morale, mais également juridico-administrative, dans le cadre de la pension militaire d’invalidité ou du dossier MDPH par exemple, une aide dans le combat de la reconnaissance de leur blessure.
  • Le S pour Solidarité: de par la présence d’anciens militaires des opérations extérieures au sein de la Fname, le compréhension de la blessure est intuitive. En partant de ce postulat, force est de constater l’envie prégnante des membres de la Fédération d’agir dans l’intérêt des blessés psychiques de guerre. Au-delà d’une aide individuelle, c’est sur tout l’environnement du sujet que l’association souhaite agir. De ce fait, apporter une aide sociale aux membres de la famille ainsi qu’aux conjoints des blessés semble essentiel. La solidarité intervient donc sur différents niveaux pour la réinsertion tant personnelle que professionnelle du blessé.
  • Le E pour Ecoute: accepter le blessé psychique tel qu’il est, dans le respect et la considération de ce qu’il éprouve pour favoriser un lien de confiance mutuel. Pour ce faire il est nécessaire de surplomber les faits pour s’intéresser aux affects vécus et ressentis par les blessés. Un climat de confiance et de simplicité est ainsi établi.
  • Le O pour Orientation: il s’agit d’orienter les blessés psychiques vers des dispositifs d’accompagnement au plus proche de leurs besoins et leur spécificité. L’orientation peut être socio-professionnelle : se situer à un moment donné dans un environnement économique et social complexe, définir des objectifs professionnels et établir une stratégie adaptée. L’un dans l’autre, se sentir utile et inclus dans un projet pour faciliter l’estime de soi. Elle peut aussi être psychologique, dans une perspective d’épanouissement, de bien-être et de l’accomplissement personnel. Un accent est mis sur les individus souffrant de stress post-traumatique.

Donner la parole :

Cette dynamique de groupe et cet accompagnement global permet de donner un moyen d’expression à ces blessés psychiques qui n’ont que très rarement l’occasion de prendre la parole, hormis dans un contexte administratif.