Depuis son accession à l’indépendance en 1956, le Soudan a été le théâtre de guerres civiles et n’a connu que 11 ans de paix. La région d’Abyei a gagné en importance avec l’indépendance du Soudan du Sud en juillet 2011 en raison de sa localisation, au bord de la frontière entre le Soudan et le Soudan du Sud. Outre son intérêt économique, la région d’Abyei est devenue symbolique puisqu’elle est revendiquée à la fois par le Soudan et le Sud Soudan.
L’importance économique de la région est justifiée par la présence de ressources pétrolières, mais également d’un oléoduc majeur du pays, le Greater Nile Oil Pipeline, d’une longueur de 1 600 km. Son exploitation fait l’objet d’un accord entre le nord et le sud. L’oléoduc a une importance cruciale, car il permet le transport du pétrole des champs pétrolier du sud vers les ports d’exportation au nord. La région d’Abyei produit à elle seule plus de 50 000 barils par jour, soit près d’un quart de la production nationale en 2004. Cependant, ce pourcentage a fortement diminué avec la modification des frontières et la diminution générale de la production.
Lorsque le Soudan devient indépendant en 1956, l’administration britannique est remplacée par une dictature militaire. Pendant plus de 17 ans, le pays est plongé dans une guerre civile, car les régions du sud réclament une plus grande indépendance vis-à-vis du nord. Ce conflit se divise en deux périodes, la première de 1955 à 1972, est marquée par une guerre entre le gouvernement de Khartoum et le mouvement Anya-Nya, originaire du sud du pays. La seconde, de 1983 à 2005, se caractérise par un conflit entre le gouvernement du Nord et le Mouvement/Armée pour la libération du peuple soudanais (SPLM/A), appelant dans un premier temps à la constitution d’un Soudan uni dans la diversité et revendiquant par la suite, l’autonomie politique, l’auto-détermination et la sécurisation du Soudan du Sud. Souvent présenté comme un conflit religieux, ce conflit prend en compte d’autres aspects sociaux et économiques qui divisent le nord et le sud.
Depuis le début des tensions dans cette région, le Conseil de Sécurité des Nations unies a adopté la Mission des Nations Unies au Soudan (MINUS) afin de soutenir l’accord de paix du 9 janvier 2005 entre le gouvernement soudanais et le Mouvement de l’Armée Populaire de Libération du Soudan (SPLM). Elle a été par la suite remplacée par la Mission des Nations Unies au Sud Soudan (MINUSS) suite à l’indépendance du Sud Soudan en 2011. Son objectif est de consolider la paix et la sécurité et ainsi de mettre en place les dispositions nécessaires au développement du Sud Soudan.
Le 20 juin 2011, Khartoum et Djouba signent l’accord temporaire de démilitarisation d’Abyei, sous la supervision du médiateur de l’Union Africaine. Cet accord prévoit le redéploiement des troupes hors de la région et l’envoi des casques bleus. Suite à la conclusion de l’accord, le Conseil de Sécurité de l’ONU a adopté la résolution 1990 le 27 juin 2011, qui déploie de la Force Intermédiaire de Sécurité des Nations Unies pour Abyei (FISNUA). Cette mission a été dotée d’un effectif de 4 200 militaires, 50 policiers et d’un personnel civil d’appui, en plus des casques bleus Éthiopiens déjà présent sur place depuis l’accord de paix d’Addis-Abeba. Les rôles de cette force sont la surveillance et la vérification, la sécurité au sein de la région, la protection des frontières d’Abyei des incursions d’éléments non autorisés, l’appui et le renforcement des capacités du Service de Police d’Abyei, la facilitation de l’assistance humanitaire, et enfin la protection des civils sous menace imminente. Le Conseil de Sécurité s’est prononcé pour intervenir dans la région d’Abyei en raison de la violence du conflit et des mouvements de populations en conséquence à ces violences. La résolution 1990 prévoit également l’établissement d’une zone démilitarisé à la frontalière afin de faciliter l’acheminement de l’aide humanitaire.
Un an après le déploiement de la FISNUA, des policiers et des militaires restent toujours présent dans la zone d’Abyei, ce qui constitue « une violation de l’Accord du 20 juin ». Le Conseil de Sécurité des Nations Unies souligne également que cette présence empêche la FISNUA de s’acquitter pleinement de son mandat. Malgré des retards sur le retrait de troupes dans la zone d’Abyei, les deux états sont parvenus à un accord sur l’acheminement du pétrole vers les ports du nord en 2012.

Kilian BILBA, LINKEDIN

Membre de l’académie de la Paix (AISP-SPIA)

Sitographie

Abyei : le Conseil de sécurité proroge de six mois le mandat de la FISNUA: https://news.un.org/fr/story/2013/11/278992-abyei-le-conseil-de-securite-proroge-de-six-mois-le-mandat-de-la-fisnua, 25 novembre 2013, UN news

Soudan : un Casque bleu tué et deux autres blessés lors d’une attaque contre une base de la FISNUA: https://news.un.org/fr/story/2013/06/268612-soudan-un-casque-bleu-tue-et-deux-autres-blesses-lors-dune-attaque-contre-une, 14 juin 2013, UN news

UNISFA forces on patrol in Abyei seen surrendering to Arab armed men: https://sudanspost.com/unisfa-forces-on-patrol-in-abyei-seen-surrendering-to-arab-armed-men/, 25 janvier 2020, SUDANS POST

S/Sudan: UN extends UNISFA mandate: http://apanews.net/en/pays/sud-soudan-south-sudan/news/ssudan-un-security-council-extends-unisfa-mandate, 15 mai 2019, APA news

UNISFA BACKGROUND: https://unisfa.unmissions.org/background, juillet 2011, UNITED NATIONS INTERIM SECURITY FORCE FOR ABYEI

HISTORIQUE DE L’OPÉRATION FISNUA: http://www.operationspaix.net/38-historique-fisnua.html, septembre 2012, Thomas Poulin et Jean-Guilhem Barguès

Partagez cet article ici :