Quand Donald Trump disait que « les grandes nations ne cherchent pas les longs conflits ».

Résumé :

Le but principal de cet article est de déchiffrer et de trouver une réponse à la question suivante : pourquoi les Américains et les talibans entament-ils une négociation de paix ? Cette recherche tente de présenter l’intérêt des talibans pour la guerre actuelle et en même temps leurs objectifs pour la négociation avec les États-Unis. A partir des années 1990, les talibans ont essayé d’entamer les premières étapes de négociation avec les Américains mais les États-unis n’ont pas répondu aux demandes des talibans. La question fondamentale qui se pose est donc la suivante : que s’est- il passé et pourquoi les Américains ont finalement décidé d’accorder de l’attention  à leurs opposants pour des pourparlers ? En effet, dès le début des années 2000, les talibans insistaient sur le retrait des américains afin qu’ils puissent entamer leurs pourparlers avec le gouvernement afghan. En réalité, les pourparlers devaient être initiés à condition que les Américains quittent le territoire Afghan physiquement mais aussi sur le plan idéologique.  Les Américains soulignent depuis 2014 que la guerre d’Afghanistan n’est pas une solution militaire et qu’il faut se tourner vers d’autres moyens de règlement pacifique des différends parmi lesquels la négociation comme étant la meilleure alternative à cette guerre insupportable.

Dans cette recherche, nous allons essayer de montrer les facteurs qui ont forcé les deux parties (les talibans et les Américains) à se rassembler autour d’une table de négociations après 18 ans de conflit ininterrompu et à travailler sur le plan politique pour mettre fin à cette guerre.

Les mot clés

Guerre, rébellion, conflit, crise, négociation de paix, paix et présence militaire américaine

Introduction :

Les négociations de paix pour obtenir une solution politique à la guerre d’Afghanistan devraient comprendre les facteurs et la nature de la guerre actuelle. Le processus de paix a besoin d’étudier les raisons pour lesquelles ce conflit de 18 ans fut un facteur déterminant pour les opposants du gouvernement Afghan pour poursuivre leur stratégie militaire contre les États- unis et ses alliés. De ce point de vue, nous avons besoin d’identifier les motivations et les incitations des deux parties à poursuivre la guerre puis les coordonner avec le conflit et la situation actuelle pour gagner une compréhension politique afin de mettre un terme à la guerre la plus longue de l’histoire des États-Unis.

Dans cette recherche, nous étudierons tout d’abord l’origine de la guerre des États-Unis contre les talibans. Ensuite, nous étudierons l’analyse du champ de bataille comme étant un élément décisif. Par la suite, nous nous intéressons au contexte historique des relations talibans-États-Unis : que cherche le gouvernement Américain en refusant constamment les pourparlers avec le gouvernement Afghan ? Pourquoi l’Afghanistan en tant qu’Etat indépendant et souverain est mis en marge de la négociation de la paix ? Pourquoi les États-Unis ont-ils basculé d’un boycott des pourparlers à la table des négociations ?

 

Le fondement théorique de la recherche

Les pourparlers de paix :

Les études scientifiques faites dans le domaine des négociations de paix ont montré que sur les 200 cas de conflits intervenus au sein des Etats après la Seconde Guerre mondiale, un tiers a été résolu à travers la bataille. Aujourd’hui, cette conception de la victoire a bien changé : dans l’immense majorité des cas, le conflit est se résout par des règlements pacifiques des différends comme l’arbitrage, la négociation, le bon office et la réconciliation qui permettent à des parties en conflit de concilier leurs objectifs et leurs intérêts de manière très efficace et pertinente.

La première tentative des États-Unis contre le terrorisme en Afghanistan fut l’établissement d’une coalition internationale nommée « la mission contre le terrorisme ». Celle-ci mentionnait le Pakistan comme étant un État aidant, supportant financièrement et fournissant des équipements à des groupes terroristes dont les talibans afghans. Cependant en pratique aucune tentative réelle n’a été appliquée au-delà de la Ligne Durand de la part des Américains afin de mettre politiquement le Pakistan sous pression et stopper leur soutien aux talibans.

En 2014, les Américains sous l’administration Obama ont décrit la guerre d’Afghanistan comme une contre-insurrection. Néanmoins à la fin de l’administration Obama et lors de l’administration Trump, ces derniers, et plus spécifiquement leurs chefs militaires, ont reconnu que le conflit était dans une impasse et qu’il fallait s’orienter vers une solution politique et donc négocier avec les talibans.

Johan Galtung, philosophe et théoricien norvégien de la paix, estime que mettre fin au conflit ne signifie en aucun cas parvenir à une paix complète. Galtung étudie la paix dans de nombreux aspects tel que : la paix négative, la paix positive, la paix juste, la paix durable, la paix démocratique et la paix permanente. Il prône une paix qui apporte la liberté aux populations des pays en guerre et qui leur donne un espoir de vivre de manière paisible et sans violence.

Selon lui, « lorsqu’on parle de paix, on fait généralement référence à ce que je définis comme “paix négative”, c’est- à-dire l’absence de guerre ou de toute autre forme de violence directe. En réalité, cela ne suffit pas pour parvenir à la “paix positive” par laquelle j’entends définir un processus de croissance, qui part de l’absence de guerre pour évoluer vers une amélioration continue de la vie en communauté et en société ».

La paix positive permettra principalement aux parties du conflit d’atteindre leurs buts politiques en arrêtant la violence ainsi que la concurrence malsaine et non productive dans la société.

La paix positive ne propose pas seulement la fin de la violence directe dans la société mais aussi un mécanisme pour lutter contre le problème de la violence structurelle et culturelle causant la pauvreté et l’impuissance. Galtung parle de la réalisation, de la légitimité et de la justice comme les fondements d’une paix positive. En cas de manque d’un de ces éléments, il sera difficile de garantir la concurrence politique et la justice dans la société.

Un des éléments les plus importants pour qu’un conflit soit résolu est que les parties au conflit se connaissent et s’adressent un message clair, indépendant et fort.  La deuxième étape pour parvenir à la paix consiste en la création d’un fondement et d’une structure pour que les parties du conflit achèvent la négociation.

 

Quelles sont les demandes faites par les talibans aux Américains ?   

Ce n’est pas la première fois que les talibans et les Américains sont disposés à négocier : dans les années 1990, les talibans ont essayé d’ouvrir la porte de la négociation avec les Américains en envoyant des lettres et des courriers. Ils ont régulièrement tenté de communiquer avec les Américains par le biais de certains diplomates afin d’inciter les États-Unis à reconnaitre leur gouvernement au sein de la scène internationale en tant qu’État légitime. Cependant cette tentative n’a pas porté ses fruits. Aujourd’hui, les combattants islamistes engagés dans des pourparlers inédits avec les États-Unis semblent chercher le pouvoir.

Dans les dernières séries de négociations, les Américains ont décidé de retirer leurs soldats d’Afghanistan périodiquement. En échange, les insurgés ont accepté de ne plus héberger de groupes terroristes en Afghanistan. Il semble probable que les talibans cherchent toujours le pouvoir perdu en 2001. En effet, ils ont publié des milliers de textes depuis 20 ans : des pamphlets, des documents théologiques, des poèmes, des discours diffusés dans leur journaux, sur leur radio (Radio Charia) et sur internet. Leur site officiel, la Voix du Djihad, publie chaque semaine des dizaines d’articles en pachto, en dari, en arabe, en anglais et en ourdou.

Jean-Luc Racine, spécialiste de l’Afghanistan à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales explique que « les talibans répètent que rien ne peut se négocier tant que le calendrier de retrait des forces américaines n’est pas réglé ». En effet, les talibans essayent de bénéficier des négociations comme une tactique ayant deux objectifs : le premier, montrer leur volonté de ne pas accepter le gouvernement afghan en tant qu’Etat légitime en le mettant à la marge des négociations. Le second, préparer l’après, autrement dit le moment où les Américains ne seront plus en mesure de s’opposer à leur projet de reconquête du territoire. Le réel enjeu des négociations n’est donc pas la paix en elle-même mais la situation future du pays, le retrait américain et spécifiquement la progression des talibans dans cette perspective.

Pourquoi Donald Trump s’engage-t-il à mettre fin à la guerre en Afghanistan ? Lors de la campagne présidentielle de 2016, Donald Trump avait promis de désengager et de sortir ses troupes des zones de conflits soit la Syrie et l’Afghanistan.

“Je pense que tout le monde est fatigué. Nous devons nous sortir de ces guerres sans fin et ramener nos gars à la maison”, a rappelé Trump en février 2018, ajoutant lors de son discours sur l’état de l’Union : “les grandes nations ne se combattent pas dans des guerres sans fin.”

Donc, en arrivant à un accord de paix avec les talibans, Trump gagnera un grand prestige sur la scène internationale car, selon lui et son administration, ils mettront fin à la plus longue guerre de l’histoire des États- Unis.

Donald Trump est à la recherche d’une victoire politique et pour cela espère un précieux succès sur la scène internationale à 9 mois de la présidentielle de 2020. En effet, il est très actif à l’international, où il a remis en cause l’accord sur le nucléaire iranien, traversé la DMZ pour rencontrer le nord-coréen Kim Jong-Un et déclenché une guerre commerciale avec la Chine. De ce point de vue, l’accord de paix avec les talibans pourrait renforcer son poids politique non seulement chez les Américains mais aussi sur la scène internationale.

Esmail Haidari

Bibliographie :

-Washington “prêt” à conclure les négociations avec les talibans

Trump annonce la reprise des négociations avec les talibans …

-Premières négociations avec des talibans

Afghanistan : premières négociations avec des talibans, mais …

-Pourparlers avec les talibans et confusion au sein du gouvernement afghan

www.bbc.com/persian/blog-viewpoints-4632804

– L’accord historique entre les États-Unis et les talibans après 18 ans de guerre

https://www.lemonde.fr/international/article/2020/02/29/afghanistan-signature-d-un-accord-historique-entre-les-etats-unis-et-les-talibans_6031351_3210.html

Partagez cet article ici :