De récents événements ont brisés une omerta concernant les violences sexuelles dans le sport. Ces événements s’inscrivent dans un mouvement global de libération de la parole des victimes. En 2007, la militante Tarana Burke lance le hashtag #Metoo, pour dénoncer les violences sexuelles notamment contre les minorités. En 2017, le hashtag reprend en visibilité lorsque des actrices américaines dénoncent des violences sexuelles dans le milieu du cinéma. En France, c’est le hashtag #BalanceTonPorc qui prend de l’ampleur en 2018, et dont les femmes se servent pour dénoncer des agressions sexuelles, souvent pour la première fois.

En janvier 2020, Sarah Abitbol, ancienne patineuse professionnelle, sort de son silence et publie un livre dénonçant des agressions sexuelles subit lorsqu’elle était adolescente. Cette accusation a dès lors un effet dans le monde du sport, où la loi du silence est brisée. De ce fait, des sportifs de haut niveau publient une tribune : « Violences sexuelles : il est temps de donner de la voix ! ». Dans cette tribune, les sportifs appellent à briser le silence, et à prendre des mesures institutionnelles et pénales pour protéger les potentiels victimes des abus. Il est aussi important de se rappeler les valeurs du sport, dont le respect de l’autre fait partie. Comme dit dans la tribune : « Il est temps d’agir collectivement et de prendre conscience que briser le silence, c’est aussi servir le sport. ».

De plus, tout comme la patineuse Sarah Abitbol, la majorité de ces violences faites dans le cadre du sport sont faites sur des mineurs. Plusieurs facteurs sont responsables de la vulnérabilité des enfants aux violences sexuelles. En effet, la relation de confiance qu’ils entretiennent avec leur entraîneur, qui se confond avec une relation de pouvoir, se traduit par une emprise sur le jeune sportif. Cependant, ce n’est pas toujours les entraîneurs qui perpétuent ces violences. Mais d’autres facteurs sont à risques ; comme les situations dans lesquelles les jeunes sont mis régulièrement, les douches collectives, les vestiaires, les nuits hors de chez eux pour les compétitions etc. De plus, les enfants restent souvent muets sur les violences qui leur sont faites. Ce sont toutes ces violences qu’il s’agira maintenant de contrôler et d’éliminer.

En 2016, la commission Européenne a publié un rapport sur les violences sexistes dans le sport. Les violences sexistes sont définies par : du harcèlement sexiste, harcèlement sexuel, et les agressions sexuelles. Ce rapport a été écrit en prenant en considération les violences perpétrées par les hommes comme par les femmes, et sur les hommes et femmes. Il y est identifié des problèmes, et on y trouve des recommandations dans le but de les résoudre. Ce rapport est une preuve utile pour appuyer les diverses accusations ayant été faites publiquement. Le rapport communique une volonté de la part des auteur.es de mettre en place des régulations et politiques publiques dans le but de réduire les violences sexistes et sexuelles dans le milieu du sport.

L’association internationale des soldats de la paix souhaite exprimer tout son soutien aux victimes d’agressions sexistes et sexuelles dans le milieu du sport. La paix pour laquelle l’association lutte tous les jours passe aussi par notre pays et par notre vivre ensemble. Il n’est plus possible à nos yeux de laisser des situations d’omerta dans des milieux comme le sport. Par ailleurs, l’association croit profondément aux bénéfices du sport dans la lutte pour la paix ; c’est pourquoi le programme « Sports & Santé pour la promotion de la Paix » existe. Ce programme vise à promouvoir la paix par le sport, et représente ce pour quoi l’association milite quotidiennement. L’association accorde de l’importance à l’accessibilité du sport pour tous, et à la possibilité de faire du sport dans de bonnes conditions. Ces bonnes conditions passent entre autre par la confiance qui doit se créer entre les sportifs et les institutions sportives.

Mariette Pique

Pour plus d’informations

https://www.lemonde.fr/sport/article/2020/02/01/le-si-long-silence-de-sarah-abitbol_6028072_3242.html

https://www.lemonde.fr/sport/article/2020/02/04/face-aux-violences-sexuelles-dans-le-sport-des-athletes-francais-appellent-a-briser-le-silence_6028420_3242.html

http://www.leparisien.fr/sports/violences-sexuelles-dans-le-sport-la-tribune-des-champions-francais-04-02-2020-8252664.php

https://ec.europa.eu/sport/sites/sport/files/gender-based-violence-sport-study-2016_en.pdf

Partagez cet article ici :